Quand le "guérilla marketing" devient dangereux

Vous en avez peut-être entendu parler : Hier, à Boston, une trentaine de panneaux électriques représentant un personnage faisant un bras d’honneur ont été retrouvés à travers la ville.

Tout cela n’était qu’une campagne de guérilla marketing de plus, si ce n’est que celle ci n’était sans doute pas si « bon enfant » qu’une grande partie de ces campagnes en général plutôt sympathique.
La peur des habitants et la crainte de faire face à une menace terroriste proviennent de quatre éléments principaux :
– Finition très « amateur » des supports de pub
– Câbles électriques dépassant des panneaux
– Aucune communication écrite donnant un soupçon d’explication à la campagne
– Et surtout… un bras d’honneur qui venait parfaire le caractère soupçonneux de cette opération
L’idée initiale de la campagne était « intéressante », mais la réalisation était bien moins réfléchie.
Cette opération aura en tout cas le mérite de servir d’exemples à d’autres sociétés souhaitant exploiter cette stratégie marketing en vogue, en montrant l’importance de tenir compte des aspects culturels de la ville/pays de l’opération ainsi que le besoin d’inclure sur les supports des éléments apportant un début d’explication à la signification de cette campagne.
En tout cas, les fauteurs de trouble passeront peut-être cinq années de leur vie en prison mais le dessin animé « Aqua Teen Hunger Force » (Cartoon Network), objet de cette campagne est maintenant connu à travers le monde… et c’était bien le but de la manœuvre non?
PS: Bientôt un article sur des campagnes de « guérilla marketing » plus sympathiques/réussies! 🙂

Ce contenu a été publié dans Non classé par Clément. Mettez-le en favori avec son permalien.