Eye-tracking – Exemples récents d'exploitations diverses

Connaissez-vous l’eye-tracking ?
Ce n’est pas exclusivement dédié à l’internet, mais disons que c’est très utilisé pour comprendre le comportement des internautes.
Il s’agit de visualiser ce que les internautes regardent principalement sur un site internet, afin de mieux comprendre leur logique de navigation, et d’adapter l’ergonomie du site internet en fonction.
Ces derniers jours, je suis tombé sur plusieurs cas intéressants mettant en place l’eye-tracking, sur le web, mais également sur de l’affichage.

Google :

1) Seul le Premier résultat compte

Alors qu’il y a trois ans, une étude d’eye-tracking indiquait que la quasi totalité des liens présents sur la première page de résultats de Google avaient la même importance aux yeux des internautes, cette même étude menée cette année semble indique que… seul le premier résultat compte réellement.

Une évolution du comportement des internautes très intéressante, comme le montre le deuxième point de mon article :

2) Google indique aux annonceurs à quel point les liens sponsorisés sont facilement perçu comme des résultats naturels

Google Allemagne présente un minisite à destination des clients/prospects AdWords, en présentant une synthèse d’eye-tracking, montrant cette fois-ci encore que le premier résultat ainsi que le lien sponsorisé présent en haut de page sont quasiment les seuls résultats regardés.

Le pire dans tout ça est la contradiction entre Google il y a 3 ans (« Il est essentiel de pouvoir distinguer la publicité des résultats naturels ») et la mise en avant aujourd’hui de l’incompréhension des internautes, comme dans cet entretien avec un testeur :

INT [interviewer]: « Pourquoi les résultats en haut de page ont un fond jaune ? Vous aviez remarqué ? »
TP [testeur]: « Je n’avais pas remarqué »
INT: « Qu’est-ce que ça veut dire ? »
TP: « Ca veut certainement dire qu’ils sont plus pertinents »

Cuil :

Si jamais vous avez loupé ça, ce qui ne serait pas bien grave, Cuil est un nouveau moteur de recherche lancé par un ancien de chez Google. Ce moteur, en plus d’être assez peu pertinent, propose un affichage de résultats en colonnes, assez inhabituel, et déroutant, comme le montre cette étude eye-tracking.

Les yeux passent un peu partout, sans réellement savoir où trouver l’information clé.

Cas d’affichage : Sunsilk.

Prenez un affichage publicitaire avec une jeune femme et un produit capillaire.
Mettez en place deux versions : L’une où la femme jette un oeil au produit, l’autre où elle fixe le spectateur.

Une étude eye-tracking permet alors de se rendre compte que lorsque la femme observe le produit, ce dernier est lui-même beaucoup plus scruté par la cible, ces derniers étant véritablement guidés dans le sens du regard.

Mais quelque soit le visuel, il semble évident que, bien avant le produit, l’oeil est attiré par le visage du mannequin, puis plus ou moins détourné vers le produit vanté.

Vidéo d’eye-tracking :

Pour conclure, ne manquez pas cette vidéo sur l’eye-tracking, qui, si elle ne vous apprend pas forcément grand chose sur cette technique, aura au moins le mérite de vous faire voyager un peu, grâce à l’accent très marqué de cet intervenant québécois !

Sources : Korben, Google Blogoscoped, Abondance, Conseils Marketing, Seconde Classe

Ce contenu a été publié dans Non classé par Clément. Mettez-le en favori avec son permalien.

3 réflexions au sujet de « Eye-tracking – Exemples récents d'exploitations diverses »

Les commentaires sont fermés.