Twitter et les annonceurs : 3 approches intéressantes [Moonfruit, Philips_VS, Chalkbot]

Il faut croire que je suis dans une série Twitter :).
Comme je l’indiquais principalement dans cet article, Twitter est intéressant pour de la veille, de l’écoute sur ce qui ce dit, etc, mais… est-il possible de baser une campagne promotionnelle/événementielle à travers Twitter ? Les trois exemples qui suivent semblent indiquer que oui, et chacun de manière assez différente.

140 caractères, c’est bien peu pour pondre des concepts de campagne divers, voyons donc ce que les trois annonceurs en question ont mis en place.

1) L’approche « Hardcore » aka « SPAM » | SQUARESPACE/MOONFRUIT
win-macbook
[Squarespace (solution CMS) avait lancé le mouvement de ce type d’opération début juin en offrant un iPhone par tirage au sort pour tous les #squarespace envoyés, mais le succès avait été moindre, je me concentre donc plus sur l’exemple Moonfruit]
C’est l’approche Moonfruit : « Envoyez n’importe quel message comprenant #moonfruit et vous participerez au tirage au sort pour gagner un Macbook Pro ».
Un principe simplissime, et un succès massif dès le début de l’opération, avec, sur les sept jours de l’opération, plus de 250 twitts par minute incluant #moonfruit, et en période de pic, plus de 2,5% de l’ensemble des twitts envoyés qui comprenaient #moonfruit, soit plus que pour les thématiques d’actualité comme l’Iran, Michael Jackson ou Wimbledon.
Seulement voilà, l’opération aurait du durer jusqu’à demain, et non jusqu’à… avant-hier comme ça a été le cas.
Tout d’un coup, depuis mardi 07/07, #moonfruit n’apparait plus du tout dans les tendances de mot clé…
Twitter « aurait » sans doute bloqué ce mot clé des statistiques…

Bilan : Un carton plein pour Moonfruit, tant pour les participations en direct que pour les RP que cela a pu générer, mais aussi et surtout pour le cas d’école, qui fera certainement parler à l’avenir lors de préparation de campagne Twitter.

2) L’approche « Intermédiaire » aka « Adaptation de modèles existants à Twitter » | PHILIPS_VS
philips_vs
Philips a lancé un concours d’idées, sur le thème : « Philips face à ». C’est assez conceptuel, comme on peut le voir ne serait-ce que dans leurs vidéos démos :


L’objectif est donc de proposer des idées de « challenge » pour mettre en difficulté les produits Philips.
Bref, c’est un concours qui aurait très bien pu avoir lieu simplement sur un site internet, sur lequel les participants auraient laissé leur texte/photo/vidéo et une galerie aurait permis aux internautes de voter.
Philips a préféré opter pour Twitter. (les participants doivent envoyer leur message @Philips_vs suivi de leur idée)
Ca fonctionne plutôt bien, ça fait buzzer, mais je pense que la qualité des participations n’est pas forcément au rendez-vous, donc le dispositif fonctionne surtout pour son aspect « avant-garde ».
Un principe néanmoins intéressant et une belle opération donc par TribalDDB Amsterdam.

2) L’approche « Altruiste » aka « Grâce à nous faites passer un message » | CHALKBOT
chalkbot
A l’occasion du tour de France, Nike a lancé une campagne avec son sportif Lance Armstrong, pour soutenir sa fondation contre le cancer « LiveStrong ». La signature globale de la campagne est « C’est votre histoire ».
Quoi de plus normal donc que de permettre au gens de raconter leur histoire via Twitter ?
Afin de rendre cela possible et d’y apporter un impact puissant, un robot peintre a été fabriqué. Ce dernier, lorsqu’un message est envoyé sous la forme « @chalkbot + Message #LIVESTRONG » imprime le message en question sur la route (40 caractères maximum).
Twitter n’est ici qu’une partie minime du dispositif, Nike permettant d’envoyer ces messages par SMS ou via un site web.
Néanmoins, la démarche reste très intéressante et l’intégration pertinente au sein d’un dispositif global ne peut être que positive
Ci-dessous la présentation du Chalkbot et de son fonctionnement :

BILAN
Qu’il s’agisse de Squarespace, Moonfruit ou Philips, je pense qu’il s’agit plus d’effet de premier entrant que de l’annonce de campagnes florissantes de ce type.
En effet, comme pour de nombreux buzz sur internet, ce qui compte, c’est d’être « le premier ».
Il deviendra donc aujourd’hui beaucoup plus compliqué pour un annonceur de s’essayer au même exercice. Une grande partie du succès provient du relai de l’opération pour sa nouveauté et son caractère insolite, drainant énormément de trafic.Il n’est pas évident que sur le long terme ce soit plus rentable qu’un site événementiel, permettant quant à lui de tisser un vrai lien entre l’internaute et la marque.

Ce contenu a été publié dans Non classé par Clément. Mettez-le en favori avec son permalien.