Quand IE9 deviendra IE6

Vous avez testé le nouveau navigateur de Microsoft, Internet Explorer 9 ? Comment ça NON ? Mais il est sorti il y a déjà 2 semaines !
Bon, en même temps, je peux vous pardonner… il n’est disponible que pour 40% d’entre vous…

Pourquoi 40% ? Parce que chez Microsoft, on s’est dit que ça serait sympa de réitérer les exploits connus avec IE6, et donc IE9 est… incompatible avec Windows XP.

Du coup… bien que Microsoft arrête le support de son système d’exploitation le plus populaire en 2014 (soit quand même 13 ans après sa sortie), ça nous laisse « au moins » 3 ans d’innovation web. Et après 2014, les entreprises seront encore certainement nombreuses à rester sur Windows XP (compatibilité progiciels, etc, etc).

Donc, c’est bien gentil de la part de Microsoft d’insister à travers diverses initiatives sur sa volonté de voir « mourir » Internet Explorer 6, dont son « Countdown » lancé le mois dernier, mais si c’est pour reproduire les mêmes erreurs 10 ans plus tard… c’est un tout petit peu dommage quand même.

Voilà, donc si vous êtes sur XP, utilisateur d’Internet Explorer, n’hésitez pas à découvrir des navigateur modernes comme Google Chrome ou Mozilla Firefox… vu que Microsoft ne vous laisse pas le choix.

PS : A titre d’information, dans leurs 24 premières heures de mise à disposition, Firefox 4 et IE9 ont connu des téléchargements importants… deux fois plus élevés pour Mozilla que pour Microsoft (4,7 millions contre 2,3). C’est sûr qu’en s’ouvrant à XP/Apple/Linux/Etc, ça aide :).

Publié dans Non classé

VDLS : Propulseur, Tsunami, Facebook CIA, Sérénade Chatroulette

Propulseur de la nasa :
En partant vers d’autres horizons, les fusées ont besoin de propulseurs… largués dans les océans. Mais après ?

Via TNW

Tsunami vu à la première personne
Une vue assez insolite du Tsunami… illustrant bien la rapidité (et la continuité) avec laquelle le tsunami du 11 mars au Japon a tout emporté sur son passage…

Facebook CIA
The Onion a toujours été très bon dans sa vision satirique de l’actualité, mais j’avoue apprécier fortement leurs efforts vidéos, développés ces dernières années. On apprend ici que facebook est en réalité un programme de la CIA pour constituer une base de données sur les citoyens…

Via Techcrunch

Sérénade Chatroulette
Alors que plus personne ne parle de Chatroulette depuis des mois, voici cette vidéo d’une demande en mariage… originale et inattendue… à une certaine Diana qui passait par là.

Publié dans Non classé

VDLS : 69 ans, The external world, Projection Murale, Géminoïde


Allez, on reprend cette série de vidéos :).

69 ans et… tous ses muscles
Si (comme moi) rien ne réussit à vous convaincre *malgré une trèèèèès forte volonté* de vous (re)mettre à faire du sport… peut-être que la forme de cet « papi » de 69 ans vous encouragera. i-m-p-r-e-s-s-i-o-n-n-a-n-t.

The external world
Âmes sensibles s’abstenir. Très belle réalisation pour ce film… complètement déjanté, qui en choquera forcément plus d’un.

Projection murale – Hot wheels
Hot Wheels a mis les moyens pour promouvoir sa gamme « Skulls Racers » en Australie, avec une projection « 3D » sur un bâtiment de Sydney.
Bravo à l’agence Muse, Amsterdam pour le rendu…

Via Adverblog

Géminoïde/Androïde réaliste
Il y a déjà eu quelques androïdes ressemblant à des humains, mais voici à nouveau un exemple de ces prouesses technologiques sur les robots.
Un résultat encore non définitif, par Iroshi Iriguro, représentant (assez) fidèlement le professeur Henrik Scharfe de l’université Aalborg au Danemark.

Via Spectrum ieee

Sur ce, j’espère que vous avez passé un excellent week-end !

Publié dans Non classé

(Google) Buzz aurait mérité un meilleur destin

Bon OK, Google Buzz n’est pas mort, mais c’est justement parce que personne n’en parle que je trouve le moment idéal pour en faire un petit billet…

Voici donc quelques raisons pour lesquelles j’estime que Buzz aurait du mieux prendre… et pourquoi la mayonnaise ne prend pas.

1) C’est techniquement très bon
Regardez Twitter et l’intégration des contenus. On arrive à peine à obtenir de l’interface web qu’elle affiche les photos et vidéos partagées.
Pendant ce temps, sur Buzz, les cartes Google Maps, les galeries photos… et même des articles complets sont affichés directement au sein de l’outil.
Ca fonctionne bien, et c’est agréable à utiliser.

2) C’est intelligent
Par intelligent, je parle de la capacité de l’outil à comprendre ce qu’on souhaite en faire, d’en tenir compte, et de proposer les bonnes solutions à l’instant t.
– Par exemple, les commentaires/réponses. Sur Twitter, si vous suivez @jeanclaude et qu’il répond lui-même à @jeanpierre, vous ne verrez qu’un « @jeanpierre : Tu as totalement raison ! ». L’interface web s’est améliorée sur ce point… mais ça reste assez chaotique par défaut… il manque donc de contexte.
Sur Buzz, il s’agit d’une réelle réponse à un item unique, identifié comme tel…
– Buzz et Twitter vont au-delà des publications « manuelles » et il est donc fréquent de recevoir des Twitts donnant des informations sur ces contacts, publiées depuis Foursquare, Flickr, Un blog, etc. Il en va de même sur Buzz (en y ajoutant Twitter… la participation « Manuelle » sur buzz étant… proche de 0 je pense).
Mais la différence… et elle est majeure, est la capacité que vous avez à filtrer les sources d’informations.
Si vous n’avez que faire de la géolocalisation, indiquez-le simplement à Buzz et il taira ses informations… pour ce contact ! Oui… parce que vous ne voulez peut-être pas savoir où est votre patron, mais la position de Tata Michelle vous intéresse.
– Quand vous publiez des contenus (ou que ceux-ci sont publiés automatiquement), vous pouvez également préciser si ces « buzz » sont à destination du public… ou d’un groupe spécifique de vos contacts. Logique quand on y pense…

3) C’est ‘connecté’
De par son intégration à Gmail, Buzz permet une certaine flexibilité dans les outils à disposition.
Vous voyez un message intéressant ? Si le contact est en ligne, vous pourrez directement lui répondre par chat (mes contacts Twitter sauront qu’il n’est pas rare que je réponde à leurs Twitts depuis Gtalk…)
S’il n’est pas en ligne, le « commentaire » (et non la création d’un nouveau buzz) se fait de manière très complémentaire avec la lecture… et il en va de même avec un simple partage par mail, ne perturbant pas la lecture.

Mais alors, si c’est si bien, pourquoi ça marche pas se demande la foule en délire ?

1) C’est ‘connecté’
Oui, cette force de Google Buzz est aussi l’un de ses plus gros péchés. Pour profiter de l’ensemble des fonctionnalités évoquées… il faut utiliser Buzz dans Gmail.
Et là, contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est totalement contre productif.
J’utilise Twitter au sein de Gmail, pour ne pas multiplier inutilement les fenêtres, mais c’est productif car visible en simultané avec ma boîte mail, pas en faisant un énième clic.
Je consulte mes mails pour cet usage, pas pour autre chose….
Cette dépendance à Gmail liée à son mode d’intégration… desservent le service.

2) C’est inutilement compliqué
Les fonctionnalités sont très bonnes, mais leur utilisation, bien qu’accessible, reste parfois « cachée ». (je pense notamment à la possibilité de « muter » une source de contenu pour un contact spécifique… que j’ai découverte cette semaine au hasard d’un clic)

3) Ca n’a pas trouvé sa place
Là où Twitter (sans doute par sa limite à 140 caractères, mais surtout par sa position de premier entrant) est avant tout un lieu de discussion, Buzz est devenu peu à peu une poubelle à publications automatiques (conséquence des points évoqués plus haut…). Et le cercle vicieux commença…

En résumé, un outil « type » buzz serait bien utile s’il était correctement exploité… je regrette que ça ne soit pas le cas, mais surtout que ça ne le devienne sans doute jamais.

Un avis sur la question 🙂 ?

Publié dans Non classé

Google Chrome | 13 Extensions à (re)découvrir

J’ai fait un billet sur les extensions il y a un peu plus d’un an, baptisé « 16 extensions qui vous feront installer Google Chrome« . Le temps passant et les choses évoluant… voici une mise à jour avec mes extensions clés pour Chrome en ce début 2011.

Pratique :

Adblock Plus


Les anti-pubs seront ravis d’utiliser cette extension qui les libérera de cette communication capitaliste.
Personnellement, ça ne me dérange pas sur les sites… mais je commençais à être inondé de pub dans mes flux RSS sur Google Reader, et ça, non merci !

Facebook Full Screen Video


Pas indispensable… mais apporte un certain confort si vos contacts ont l’habitude de partager des vidéos.
Par défaut vous ne pouvez les visionner qu’en « mini ». Grâce à cette extension, vous aurez la possibilité d’activer le plein écran. Simple, mais efficace.

FastestChrome – Browse Faster


J’utilise cette application principalement pour la suppression de pagination. Un exemple concret : Vous êtes sur un moteur de recherche, arrivez en bas de page et… au lieu de cliquer sur la page suivante, vous continuez simplement de tourner la molette vers le bas… et la page suivante apparaît.
Cette extension offre d’autres services que je vous laisse découvrir.

Google Quick Scroll


Marre d’être perdu dans des pages lourdes en contenu suite à une requête Google ? Cette extension vous permettre d’accéder directement au passage contenant les mots clés recherchés au sein de la page.

Hover Zoom


Eviter un clic inutile, voici la mission de cette extension. Sur tout lien/miniature vers une image, il vous suffira désormais d’un survol pour charger l’image en plein format, sans perturber votre navigation.

Minimalist for Gmail


A l’image de Google Reader Compact, cette extension vise à optimiser l’espace utile. Seulement voilà, ici rien n’est imposé, vous choisissez précisément ce que voulez (ou non) afficher. Vraiment très très bon, offrant une expérience plus agréable à sa consultation e-mail.

Google Reader Compact


Principalement utile sur mon netbook, cette extension réduit l’espace ‘inutile’ de l’interface de Google Reader. Un gain d’espace sur l’écran, mais surtout un meilleur confort visuel, l’espace affiché étant 100% utile, dédié au contenu visualisé.

MàJ 07/03/11 : Minimalist for Google Reader venant tout juste de sortir, je vous conseille de l’utiliser ! Voir ci-dessous.

 

Minimalist for Google Reader

Voilà ! Le cousin de « Minimalist for Gmail » est disponible. Il ressemble en partie à Google Reader Compact… tout en vous laissant une plus grande liberté dans les éléments visibles. Pas d’hésitation donc, préférez Minimalist for Google Reader à Google Reader Compact.


Super Google Reader


Clairement l’une de mes préférées parmi cette liste, cette extension enrichit Google Reader… en permettant de choisir le format du contenu affiché pour chaque flux. Soit le flux par défaut (…peut-être tronqué), soit le contenu « complet », soit la page dans sa totalité. Malheureusement le contenu « complet » ne fonctionne pas avec 100% des flux, mais c’est déjà nettement mieux que les flux tronqués (pratique qui mériterait de disparaître totalement…).

TabCloud


En pleine session de recherche sur une thématique spécifique et envie de retrouver cette session intacte sur n’importe quel ordinateur, quand vous voulez ?
Installez TabCloud…

Mobile :

Chrome to Phone


Si vous avez Android (2.2 minimum), cette extension vous permettra de partager tout contenu web en un clic vers votre smartphone depuis Chrome. Les sites se lanceront dans le navigateur… mais les adresses Google Maps lanceront l’application éponyme ! Très pratique pour ne pas dupliquer les actions fixe/mobile.

Plus technique…

Builtwith


Rien de mieux que cette extension pour connaître en un clin d’oeil les technologies faisant tourner un site. Vous connaîtrez directement le CMS utilisé, les plugins Javascript, bref pas forcément utile pour l’internaute lambda, mais très pratique néanmoins.

Image Properties Context Menu


Ca peut paraître étrange… mais il n’existe pas de « paramètres des images » par défaut sous Chrome… Personne/Rien n’est donc parfait. Cette extension comblera cette honteuse lacune.

IE Tab


Parce que malheureusement certains outils professionnels sont encore compatibles… uniquement IE, cette extension chargera la page active dans un onglet utilisant le moteur Internet Explorer.

Publié dans Non classé

Pub TV et relais web : Exemple du Superbowl

66 publicités ont été diffusées au cours de la finale 2011 du Superbowl. Vous les avez sans doute déjà vues… mais les ayant attrapées en retour de vacances, j’ai voulu observer l’utilisation des pubs TV comme passerelle vers Internet.

Rapide tour d’horizon avant d’en arriver à la conclusion.

Voici la répartition de secteur d’activité des différents annonceurs du Superbowl :

– 12 dans l’automobile
– 8 pure players
– 10 dans l’entertainment (films/séries/émissions)
– 4 dans le « high tech » (enfin… téléphonie pour être précis)
– 9 dans l’alimentaire (j’y ai inclus l’alcool… même si ça diffère un peu)
– 2 dans la distribution

Je n’avais pas réellement d’a priori avant de commencer cet article, mais je me rends maintenant  compte qu’il y a une certaine logique sectorielle par secteur.

Automobile

Marque très starifiée dans l’ensemble, pas de place pour y mettre trop de passerelles. On note donc des (très discrets) affichages de l’URL du site de marque.
Hyundai se distingue, en proposant une URL spécifique vers un dispositif, plus mise en valeur.
Mini et Audi ont jugé bon de ne pas inclure le site du tout… et quant à VW, ils sont partagés… et décident de ne pas créer de passerelle… sur leur publicité « THE FORCE », le buzz sur internet pour ce Superbowl, comme quoi !

Pure Players

Là, je m’attendais déjà à une présence un peu plus forte/originale, et ça n’a pas manqué, même si ça reste dans l’ensemble assez conventionnel.
4 ne proposent qu’un lien vers leur site, sans complément, tandis que  Godaddy propose de découvrir la suite de la publicité sur son site.
Enfin, les 3 derniers profitent davantage de l’espace d’expression, avec une palme décernée à Teleflora, qui trouve le moyen de mettre en avant sa présence facebook/twitter/appstore… et de proposer une offre promo sur base d’un code.

Entertainment

On pourrait s’attendre à quelque chose de très intéressant de la part de ces annonceurs, mais ça reste dans l’ensemble très plat.
Des simples relais vers le site du programme pour la plupart, voire même rien du tout pour la NFL qui n’affiche que son logo.
CaptainAmerica bénéficie d’un traitement de faveur, avec des « contenus exclusifs » vantés, et Pirate des Caraibes propose une offre par SMS, plutôt malin pour une pub TV visionnée dans un contexte privilégiant ce type de con sommation.
Enfin, l’émission X-Factor propos la totale, avec facebook, twitter, et… même MySpace !

High Tech

Ici encore, il n’aurait pas été étonnant de voir une passerelle forte, mais seul Xperia en profite, en invitant les téléspectateurs à se rendre sur facebook.
Cellular South préfèrent quant à eux insister sur une promotion en magasin (pas forcément une mauvaise idée :)).

Alimentation/alcool

Palme sociale accordée à ce secteur, avec la moitié des annonceurs (4) redirigeant directement vers facebook. Une spécificité intéressante chez Pepsimax… qui redirige vers facebook à travers une adresse pepsimax ! http://www.pepsimax.com/facebook/.
Jack in the Box relaie quand à lui une opération spéciale du moment.
Intéressant également de constater que  les politiques sociales ne sont pas les mêmes au sein d’un groupe, Doritos redirigeant vers son site (dénué d’intégration facebook) quand pepsimax joue pleinement cette carte  (groupe Pepsico tous deux).
Enfin concernant l’alimentation, étonnant de voir 2 marques aussi présentes sur internet que Stella Artois et Coca-Cola ne pas indiquer de présence digitale.

Distribution

Bestbuy.com ayant une très forte présence e-commerce, on ne pouvait éviter le relais vers leur site. A l’inverse, Sealy semble se moquer totalement de sa présence digitale (impression confirmée par les maigres 1 809 fans de la marque centenaire sur facebook)

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé ça aussi intéressant que moi de se pencher sur l’envers de ces publicités, dont on ne parle généralement que pour évoquer la qualité créative (et les budgets astronomiques qui vont avec), mais justement, quitte à y mettre les moyens, pourquoi ne pas occuper quelques pixels de l’écran pour prolonger l’expérience avec le téléspectateur ?

Ah, et si vous voulez voir les fameuses pubs, c’est par ici, en attendant vous aurez droits aux 45 packshots (66 pubs en tout, mais je n’en ai conservé qu’une par annonceur).

Publié dans Non classé

De l'importance des mots de passe… administrateurs

Je parlais il y a maintenant deux mois de l’importance des mots de passe utilisés sur ses différents comptes, mais en réalité surtout de leur diversité…

Aujourd’hui, je me place du côté des administrateurs divers et variés, et en l’occurrence des administrateurs de Hotspots Wifi, vu que c’est l’expérience que j’ai vécue.

J’étais à l’hôtel en vacances la semaine dernière (quelques photos bientôt ;)), et l’accès Wifi y était comme bien souvent payant…
Certes, le tarif n’était pas « abusif » (7€ la journée ou 35€ la semaine), mais j’avais envie de tester un petit quelque chose… qui n’a pas loupé.

Je ne sais pas si vous en avez déjà entendu parler, mais il y a eu par le passé quelques mésaventures dans des distributeurs de billets, à cause de mots de passe administrateur laissés par défaut… permettant à des voleurs de braquer tranquillement le distributeur.

Eh bien c’est pareil avec les accès wifi !

Je suis loin d’être un « hacker », et ça ne m’a pas empêché d’avoir un accès gratuit à l’internet de l’hôtel… de la manière suivante, en quelques étapes assez simple.

1) J’ai payé l’accès pour une journée (ce n’était pas nécessaire, j’aurais pu obtenir les informations requises depuis n’importe quel wifi gratuit… mais c’était la moindre des choses !)
2) J’ai repéré le service hotspot utilisé (assez simplement grâce à une recherche google incluant des mots clés de la page de log-in) – 10 secondes
3) Une fois ce service connu (que je tairai…), j’ai simplement cherché « nom-du-service manual », pour trouver la notice d’utilisation – 10 secondes
4) Le PDF s’ouvrant, j’y recherche « default » pour trouver les identifiants et mots de passe par défaut – 10 secondes
5) Au bout de ces 30 secondes, je peux enfin tester… et miracle, ça marche…
Attention : Je n’ai pas profité de cet accès pour me connecter au-delà de ma journée payée.

Il m’aura donc fallu moins de 30 secondes pour obtenir les accès au wifi de l’hôtel… soit 10 fois moins que le temps requis pour aller demander mon accès journée ;).

Plus sérieusement, il ne s’agit clairement pas ici d’information « sensible » (quoique… je n’ai pas lu la notice, mais ces accès me permettaient peut-être de gérer et modifier entièrement le système…), mais je pense que le comportement des individus est le même pour tout type d’usage…

La morale : toute information pouvant être trouvée sur internet, la base est au moins de ne pas conserver les accès par défaut. C’est exactement la méthode qu’avaient utilisé les braqueurs de distributeur, une simple recherche sur le modèle de distributeur permettant d’en trouver la notice d’utilisation… et par extension la séquence permettant l’accès à l’interface d’administration du DAB !

ATTENTION : Je n’encourage personne à accéder à une connexion wifi de cette manière… et cet article a pour seul but d’encourager au contraire les administrateurs à être plus vigilants.

Publié dans Non classé

Orange : Internet Nowhere


J’ai profité en septembre dernier d’une offre intéressante sur Orange, me permettant de bénéficier d’un netbook Asus à 100€… et de tester l’offre Orange 3G pour 10€/mois. Concrètement, je ne suis – à date – pas du tout convaincu de l’offre. Voilà pourquoi (c’est assez simple…).

J’en parlais dans un précédent article, je suis et resterai convaincu de l’intérêt du netbook : dans le train, dans le lit, toujours très pratique.

Autant je n’ai pas besoin d’Orange pour profiter de l’engin chez moi… autant dans le train, je n’ai malheureusement pas d’autre choix pour me connecter.
Le train est forcément un lieu problématique pour une connexion internet… Le TGV va très vite, le signal change sans cesse d’antenne relais, bref pas mal de freins pour le bon fonctionnement…

Mais quand mon outil de connexion s’appelle « Orange : Internet Everywhere », j’estime naïvement que je vais pouvoir en profiter pendant mes trajets (tout comme je peux profiter de mon téléphone portable, c’est un peu le but de l’engin, non ?).

Et là, depuis ces quelques mois, à chaque trajet c’est la même affaire : La connexion fonctionne pendant 5-10 minutes, se coupe pendant la même durée, fonctionne à nouveau (ou pas), etc.

Bref, tout ça pour dire que si la faute ne vient pas d’Orange mais bien des capacités techniques, facturer 10€/mois un service en le baptisant « Internet Everywhere » me semble un peu problématique si l’efficacité de l’offre est si aléatoire.

Publié dans Non classé

Et si vous testiez Microsoft adCenter / VS Google adwords

La vie chez Microsoft ne doit pas être toujours rose quand il s’agit de la recherche, surtout sur certains marchés comme la France…

En effet, bien qu’aux Etats-Unis Bing représente plus de 10% des recherches, ce chiffre ne s’élève qu’à quelques maigres pour-cents en France.

Mais Microsoft compte bien faire bouger cela. Pour les internautes, ça se traduit par une promotion assez massive, principalement dans du placement de produit. Le nombre de séries plaçant Bing comme moteur de recherche est impressionnant. (Mais… rien à voir avec la force de frappe de Google pour promouvoir son navigateur Chrome…)

Pour les entreprises, ça se traduit par une offre assez proche de son concurrent principal.

Selon Microsoft, l’atout clé de leur offre est d’être le moteur de recherche du portail numéro 1 en France. Ça et le fait qu’apparemment, les internautes passant par Bing sont plus enclins à acheter que ceux d’autres moteurs de recherche (J’avoue me demander d’où viennent ces chiffres, mais sait-on jamais :)).

Bref, Microsoft est donc en pleine campagne pour son offre Microsoft Advertising Adcenter, et si vous doutez encore de l’efficacité de cette solution, ça ne vous coûtera pas bien cher de la mettre à l’épreuve :).

En effet, jusqu’au 6 février 2010, un Grand tirage au sort est mis en place, qui vous permettra de peut-être gagner 3, 6 ou 12 mois de liens sponsorisés, à raison d’un budget de 200 euros par mois.

Pour jouer, c’est donc par ici adcenter-2011.brainsonic.com et pour en savoir plus sur Microsoft adCenterc’est par là (mais attention, l’équipe Microsoft est taquine, elle vous signalera bien que Chrome n’est pas un navigateur compatible avec le site 🙂 )

Article sponsorisé

Partage propulsé par Wikio

Publié dans Non classé

VDLS : Placements produits, Facebook, Intel – The Chase, Boardwalk Empire, LEGO

Vu mon activité sur le mois qui vient de s’écouler, il s’agit plus des « vidéos des 2 semaines » que de celles de la semaine, mais elles sont bien là en tout cas !
J’en profite pour vous souhaiter une excellente année 2011. Je compte bien reprendre un peu d’activité sur ce blog… après une énième phase de passivité !

Placements produits :
Ils sont partout, et on se dit parfois que c’est une tendance de ces 20-30 dernières années… et pourtant, ils ont visiblement toujours été présents sur nos écrans ! Enfin… la tendance est réellement pire maintenant… même si l’approche de Wayne’s World m’amuse plus qu’autre chose.

Une minute sur facebook :
Il s’en passe des choses…

The Chase – Intel
Une production impeccable pour vanter les performances des nouveaux processeurs « i5 » d’intel. Comment ne pas apprécier la qualité du boulot réalisé… (mais les moyens devaient être conséquents :))

Boardwalk Empire – Effets spéciaux
Ca se passe de tout commentaire, ça se regarde, tout simplement.

Boardwalk Empire VFX Breakdowns of Season 1 from Brainstorm Digital on Vimeo.

LEGO : The Brick Thief
Dans la continuité de leur vidéo de l’année dernière, LEGO nous présente les périples de son inventeur fou, se retrouvant cette fois-ci dans une position de voleur de briques. Très bien fait…

Publié dans Non classé